Anthrax : vers un vaccin plus efficace chez l’homme

Tristement célèbre depuis les attentatsbioterroristes, la maladie du charbon est due à labactérie Bacillus anthracis. Dans l’environnement, cesbactéries survivent sous forme de spores. Une fois encontact avec l’organisme, elles quittent leur état desommeil et produisent des bacilles (bactérie en forme debâtonnets) à l’origine de toxines. En dehors detout traitement antibiotique, leur multiplication peut êtrefatale.
Pour l’homme, le vaccin idéal reste à trouver.Depuis les années 1960, une première version(contenant la protéine PA) dirige son action contre lestoxines mais elle requiert plusieurs immunisations. Ce produit estmoins efficace que le vaccin atténué utiliséchez l’animal, composé de spores vivantes. En raisondes risques toxiques, il est impropre à l’homme. Afinde prévenir l’infection due à la multiplicationdes bacilles, une équipe française del’Institut Pasteur a tenté de concilier lesbénéfices des deux vaccins.
L’équipe de Michèle Mock aexpérimenté un vaccin composé deprotéine PA et de spores inactivées. Testé surdes cobayes et des souris, le produit a permis d’obtenir uneprotection totale. Au vue de ces résultats,l’équipe pense que cette préparation vaccinale“pourrait servir de base à la première formulationà usage humain, d’un vaccin sous-unitaire aussiprotecteur que l’actuel vaccin vivantvétérinaire“. Les chercheurs travaillent actuellementà identifier les composants spécifiques des sporesinactivés à l’origine de la réponseimmunitaire.
Source : Infection and Immunology, February 2002,Vol. 70, n°2, pp.661-664

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *