L'hôpital d'Orange condamné pour acharnement thérapeutique

Le centre hospitalier d’Orange (Vaucluse) a été condamné par le tribunal de Nîmes pour “acharnement thérapeutique“. Les faits remontent à 2002 : les médecins avaient réanimé un enfant né en état de mort apparente. Aujourd’hui âgé de 7 ans, l’enfant présente de lourds handicaps physiques et mentaux. Une expertise doit maintenant déterminer le montant des dommages financiers, les parents réclamant 500 000 euros.  

La décision du tribunal de Nîmes constitue une première en France. Ce jeudi, l’hôpital, qui bénéficie du soutien de la ministre de la Santé, a annoncé qu’il ne faisait pas appel.
Rappel des faits : le 14 décembre 2002, les médecins décèlent une décélération du rythme cardiaque chez le foetus, l’enfant est donc en mort apparente à la naissance. C’est après 25 minutes de réanimation que le gynécologue avait annoncé le décès de l’enfant aux parents. Pourtant, la réanimation se poursuit et les médecins sont finalement arrivés à restaurer une activité cardiaque. Sauf que durant pratiquement une heure, le cerveau de l’enfant n’a pas été irrigué, provoquant des séquelles irréversibles, tant physiques que mentales.
Les juges ont estimé qu’il y avait eu une “obstination déraisonnable“. “C’est le fait d’employer des techniques médicales jusqu’au-boutistes pour tenter au-delà du raisonnable de réactiver un corps qui était mort“, a expliqué sur Europe 1 l’avocat des parents, Me Alexandre Berteigne.
Reste pour les experts à déterminer la part de la faute commise par l’hôpital dans les handicaps développés par l’enfant, celui-ci étant par ailleurs atteint d’une rare pathologie génétique. De cette expertise dépendra le montant des réparations à verser par l’hôpital. Les parents réclament 500 000 euros.  Yamina Saïdj Source : Europe1.fr, novembre 2009Click Here: Bape Kid 1st Camo Ape Head rompers

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *