Le syndrome des jambes sans repos associé aux troubles de l'érection

Des chercheurs américains ont montré que les troubles érectiles sont plus fréquents chez les hommes âgés atteints du syndrome des jambes sans repos. Et cette association est d’autant plus forte que la fréquence des symptômes de ce syndrome est importante.

Une vaste enquête américaine a recueilli de nombreuses données auprès de 23 000 médecins âgés de 56 à 91 ans (dentistes, optométristes, ostéopathes, pédiatres, pharmaciens et vétérinaires américains). En 2002, on a évalué la présence et la sévérité d’un possible syndrome des jambes sans repos (SJSR), défini comme des sensations désagréables dans les jambes associées à une agitation ; des symptômes n’apparaissant qu’au repos, s’améliorant avec le mouvement, empirant le soir et la nuit par rapport au matin et survenant au moins 5 fois par mois. Egalement nommé “impatience des jambes“, ce trouble survient le plus souvent après 50 ans et a des conséquences importantes sur la qualité de vie des patients (insomnie notamment).
Au total, environ 4 % des participants étaient concernés par ce problème et 41 % souffraient de dysfonction érectile. La fréquence de ces deux problèmes augmente avec l’âge. Les résultats montrent que les troubles érectiles sont 16 % plus fréquents chez les hommes présentant des symptômes des jambes sans repos qui surviennent 5 à 14 fois par mois et 78 % plus fréquent chez ceux dont les symptômes surviennent 15 fois ou plus par mois.
Ces résultats suggèrent que les mécanismes des deux maladies partagent le même mécanisme : probablement un manque de dopamine dans le cerveau selon les auteurs. Mais les auteurs notent également que cette association pourrait être liée en partie aux troubles du sommeil induit par le SJSR. L’apnée du sommeil et la privation de sommeil entraînent en effet une baisse de la testostérone dans le sang  (l’hormone sexuelle masculine). De plus amples études seront donc nécessaires pour expliquer le mécanisme sous-jacent.
Luc Blanchot
Source : Gao X; Schwarzschild MA; O’Reilly EJ; Wang H; Ascherio A. Restless legs syndrome and erectile dysfunction. SLEEP 2010;33(1):75-79.

(abstract accessible en ligne)Click Here: Golf special

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *