Mediator : l'Afssaps met en place un numéro vert

Les patients ayant déjà pris du Mediator, ou un de ses génériques, peuvent désormais appeler le 0 800 880 700, numéro vert gratuit pour obtenir davantage d’informations sur le risque de complications. Une initiative de l’Afssaps, l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé, destinée à répondre aux inquiétudes des personnes concernées.

Le

Médiator® (benfluorex) est actuellement

sous les feux des projecteurs, en raison d’effets secondaires cardiovasculaires probables (

valvulopathies,

hypertension artérielle pulmonaire) insuffisamment pris en compte par le laboratoire Servier, l’Afssaps et/ou les autorités de santé pendant des années, d’où un retrait tardif et difficilement admissible par rapport à d’autres pays occidentaux.Certes, ces effets secondaires sont rares, heureusement. Mais depuis 1976, plusieurs millions de Français en ont pris, dans le cadre d’un

diabète de type 2 ou tout simplement pour maigrir (usage détourné), ce médicament étant un anorexigène de la famille des amphétamines, comme l’Isoméride, du même laboratoire (retiré du marché en 1997).Il est donc possible que plusieurs milliers de personnes présentent des valvulopathies, voire une hypertension artérielle pulmonaire (plus rare). Or ces pathologies, surtout au début, ne provoquent pas forcément de signes cliniques spécifiques, hormis un essoufflement, de la fatigue.

C’est pourquoi l’Afssaps a recommandé à tous les patients en ayant pris au moins pendant 3 mois, entre 2006 et 2009, date de son retrait du marché, de consulter leur médecin traitant : “Ce risque est clairement établi pour des durées de consommation de 3 mois et plus, et les complications surviennent principalement dans les 2 premières années de traitement. Le risque persiste dans les 2 années qui suivent l’arrêt du traitement et devient très faible au-delà, même si l’on ne peut exclure que des valvulopathies puissent apparaître encore plus tardivement“, précise l’Afssaps.
Même si le risque apparaît minime au-delà de deux ans, il semble plus prudent de consulter, quelque soit le moment de la prise de ce médicament.
Les personnes qui s’interrogent sur ces effets secondaires, pour eux-mêmes ou leur entourage peuvent donc désormais appeler le numéro vert 0 800 880 700 pour obtenir davantage de précisions sur ces complications potentielles.Jean-Philippe RivièreSource : Afssaps.fr, mise à jour du point d’information du 16 novembre 2010,

accessible en ligne

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *