Les injections contre les rides sont-elles suffisamment contrôlées ?

Après le scandale des prothèses PIP, ce sont aujourd’hui les injections contre les rides qui font polémique. Selon The Times, le marché des injections ne serait pas suffisamment réglementé compte-tenu des risques que présenteraient ces dispositifs médicaux.

Les injections de comblement des rides, nouveau scandale sanitaire ?

Le magazine britannique recense plus de 160 produits de comblement des rides du visage homologués à la vente, tels que le collagène ou l’acide hyaluronique. Tous peuvent être achetés et utilisés sans grandes restrictions médicales. En comparaison, la Food and Drug Administration applique à ses produits les mêmes règles que pour les médicaments et n’a ainsi qu’une

vingtaine de produits autorisés sur son marché.La situation française est plus proche de celle du Royaume-Uni. Le marché de ces dispositifs est en constant développement, ils représentent un volume de vente en France entre 2003 et 2008 de plus de 3 000 000 de seringues soit 600 000 seringues par an. Actuellement, environ 80 produits sont commercialisés en France par 25 fabricants. Ces produits ne sont pas soumis à la même règlementation que les médicaments. Un certificat CE délivré par un organisme habilité et lui-même contrôlé par une autorité sanitaire nationale (en France, l’Afssaps), autorise la mise en vente des produits de comblement. Une situation que l’Afssaps reconnaît

sur son site : “Les données cliniques relatives aux produits injectables de comblement des rides réalisées chez l’homme ne sont pas suffisantes pour garantir la sécurité d’utilisation du produit notamment à cause d’effectifs insuffisants et de durée d’apparition tardive de certains effets secondaires graves tels que le granulome (quelques mois à plusieurs années)“.De plus, comme pour les implants, la durée des essais cliniques et les effectifs recrutés seraient insuffisants pour garantir la sécurité d’utilisation des produits de comblement des rides et détecter l’ensemble des effets indésirables. “En effet, les deux paramètres limitants de ces types d’essai clinique sont l’effectif réduit des candidats recrutés et la durée limitée de l’essai“ reconnaît

l’agence qui va jusqu’à déconseiller “aujourd’hui l’utilisation dans une finalité esthétique des produits injectables non résorbables du fait d’un risque non maîtrisé d’effets indésirables graves très retardés“.Pour améliorer les contrôles de ces produits, l’Afssaps “prépare un référentiel pour l’encadrement d’un essai clinique et le suivi post-mise sur le marché portant sur les produits injectables de comblement des rides afin notamment de mesurer l’incidence des effets indésirables“. Au-delà des prothèses mammaire et des injections antirides, c’est bien le contrôle et les règles de mise sur le marché de tous les dispositifs médicaux qui sont aujourd’hui remis en cause.Stéphanie MoyalSources : Times – 3 janvier 2012Wrinkle Fillers – FDA (

dossier accessible en ligne)Produits injectables de comblement des rides – Afssaps (

dossier accessible en ligne)Click Here: Cheap France Rugby Jersey

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *