Les Français dorment en moyenne 7h13 par nuit

Le temps de sommeil moyen des Français âgés de 15 à 85 ans atteint 7h13, d’après une étude publiée dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de l’Institut de veille sanitaire (InVS), mardi 20 novembre.

Selon le dernier Baromètre 2010, les Français dorment 7h13 en moyenne.

C’est dans le cadre du Baromètre santé 2010* que les chercheurs de l’Invs ont pu avoir accès aux données concernant le sommeil des Français. Justement, François Beck et ses collègues de l’Invs se sont fixés pour objectif de “quantifier le temps de

sommeil et la prévalence de l’

insomnie chronique dans la population des 15-85 ans et d’explorer les facteurs associés à cette pathologie.Les Françaises dorment plusPremier constat, les femmes dorment un peu plus que les hommes : 7h18 contre 7h07, pour une moyenne de 7h13. Quant au regard de l’écart entre sommeil déclaré et sommeil nécessaire pour être en forme selon le sexe et l’âge, ce sont pourtant les femmes qui affichent le déficit de sommeil moyen le plus important (17 minutes, contre seulement 7 minutes pour les hommes).

Les jeunes semblent tout particulièrement manquer de sommeil. Le déficit moyen atteint 54 minutes pour les filles âgées de 15 à 19 ans, et 41 minutes pour les garçons du même âge.L’insomnie liée aux difficultés de la viePar ailleurs, parallèlement aux questions générales sur le sommeil, une partie de l’échantillon se voyait interrogé sur des questions relatives à l’insomnie (8782 personnes).  Conformément aux critères de diagnostic de l’American Academy of sleep medicine, ce problème a été mesuré par la présence d’au moins un des troubles suivants : difficulté pour s’endormir, réveils nocturnes ou trop précoces, sommeil non réparateur ou de mauvaise qualité.D’après cette enquête, les symptômes liés à une éventuelle insomnie chronique touchaient près de 16% de la population des 15-85 ans. Une fois encore, les femmes sont les plus concernées par ce problème (19,3% contre 11,9%).

D’ailleurs, “la part d’insomnie chronique apparaît très liée à la souffrance psychique, à des situations de précarité ainsi qu’à certains événements de vie difficile“ précise les chercheurs qui s’étonnent néanmoins de ce que “le fait de vivre seul s’avère sans lien avec l’insomnie chronique“.“Au final, avec un niveau de prévalence de l’insomnie chronique élevé, un temps de  sommeil moyen en baisse par rapport aux décennies précédentes et des troubles du sommeil qui apparaissent en hausse par rapport à 1995, la mise en œuvre d’actions de prévention et d’éducation à la santé visant à aider la population à préserver un sommeil de qualité apparaît particulièrement opportune“ notent les chercheurs en conclusion de leur étude.Yamina Saïdj avec Relaxnews*Depuis 1992,  l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes) réalise chaque année une série d’enquêtes appelées “baromètre santé“ qui abordent les différents comportements et attitudes des Français. Dans ce cadre, les sondés ont à répondre à diverses questions relatives à leur santé et donc notamment à leur sommeil. Pour l’enquête 2010, une sérrie de questions relatives au temps de sommeil des individus ont été posées à l’ensemble de l’échantillon.  Réalisée en population générale, l’enquête a été conduite auprès de 27.653 individus âgés de 15 à 85 ans.Source :

Prévalence et facteurs sociodémographiques associés à l’insomnie et au temps de sommeil en France (15-85 ans).   Enquête Baromètre santé 2010 de l’Inpes, FranceClick Here: collingwood magpies 2019 training guernsey

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *