La luminothérapie au service des athlètes de haut niveau

L’Institut national du sport, de l’expertise et de la performance (Insep) intègre des protocoles de luminothérapie dans le programme de préparation des sportifs en vue des JO de Rio qui auront lieu du 5 au 21 août prochain. L’objectif est d’optimiser leur performance en traitant les troubles liés au décalage horaire.

Sportif de haut niveau, sportif amateur, du dimanche ou pas sportif du tout, tout le monde peut bénéficier de la luminothérapie.

Depuis peu une salle de

luminothérapie disposant d’équipements tels que des

lampes de luminothérapie (fixes ou portatives) et des

simulateurs d’aube accueillent les futurs champions dans les locaux de l’Insep (Institut national du sport, de l’expertise et de la performance) à Paris.L’Insep et Philips France ont annoncé un accord de partenariat d’une durée de 3 ans (2016-2018) pour accompagner au mieux les athlètes dans leur recherche de performance.Une lumière bienfaitriceSelon plusieurs études, une cure d’exposition à cette forte lumière blanche sans UVA ni UVB pendant au moins 6 semaines donne de bons résultats, améliore sensiblement l’humeur et permet de

réguler l’horloge biologique, le chef d’orchestre de nombreuses activités physiologiques. Citons le rythme veille/

sommeil, les performances cognitives, la qualité de l’humeur, l’activité motrice, la

mémoire ainsi que la régulation du système nerveux autonome (le

pouls, la

tension artérielle…).Lutter contre le jetlagLa technique est particulièrement intéressante pour préparer au

décalage horaire. D’où l’intérêt pour les futurs sportifs qui participeront aux JO de Rio au Brésil en août prochain. Le phénomène n’est pas nouveau puisque les équipes suisses l’avaient utilisé pour lutter contre les effets du jetlag, telles que la

fatigue, l’irritabilité, l’

insomnie ou encore la

somnolence diurne, aux mondiaux de Pékin.Selon François-Xavier Ferey, responsable du service de masso-kinésithérapie à l’Insep, des nageurs, comme Jérémy Stravius, et Antoinette Nana-Djimou, triple championne d’Europe d’heptathlon sont déjà venus pour s’acclimater. L’horaire des finales de natation, prévue entre 22 heures et minuit pour la diffusion télévisuelle, demande une préparation motrice et musculaire tardive pour coller à ce rythme. La lumière bleue a un effet excitateur et sera intéressante à expérimenter juste avant la compétition. Selon les experts, cette préparation peut faire la différence pour décrocher une médaille.Sportif de haut niveau, sportif amateur, du dimanche ou pas sportif du tout, tout le monde peut bénéficier de la méthode. La lumière utilisée en luminothérapie va provoquer un regain d’énergie, mais aussi aider à endormir le corps. On peut s’y exposer entre 20 à 30 minutes par jour (sauf contre-indication médicale). Un peu plus si l’on est en décalage horaire.AFP/RelaxnewsClick Here: Maori All Blacks Store

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *