Les troubles de l'attention augmenteraient chez les accros au smartphone

Une nouvelle étude américaine a montré que l’utilisation des smartphones pouvait entraîner des symptômes comparables à ceux du trouble du déficit de l’attention (TDA), même chez les personnes ne souffrant pas de cette maladie.

Mettre son téléphone sur silencieux permet de limiter les interruptions et le manque de concentration qui en découle.

Vibreur, la clé du bonheur ?Au cours de la première étude expérimentale visant à prouver que les smartphones pouvaient augmenter le niveau d’inattention et d’hyperactivité – deux symptômes du trouble du déficit de l’attention -, l’université de Virginie a recruté 221 étudiants, que les chercheurs ont suivis pendant deux semaines.On a demandé aux participants de maximiser les interruptions émanant de leur téléphone pendant une semaine, en activant les rappels sonores, le vibreur, et en s’assurant d’avoir leur smartphone à portée de main.Au cours de la seconde semaine d’expérience, on leur a demandé de limiter les interruptions en mettant leur téléphone sur silencieux et en s’assurant de ne pas toujours l’avoir sur eux.Au terme de chaque semaine, les participants ont dû remplir des questionnaires afin d’évaluer leurs niveaux d’inattention et d’

hyperactivité.

Le smartphone favorise l’inattention et l’hyperactivitéLes questionnaires ont montré que les étudiants rapportaient être bien plus en proie à l’inattention et à l’hyperactivité lorsque leurs sonneries et leurs rappels étaient activés que lorsqu’ils étaient en mode silencieux. Les résultats laissent même penser que les étudiants enregistraient des symptômes comparables au trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité : difficultés de concentration, bougeotte et difficultés à rester en place, impatience et difficultés à participer à des activités calmes et de concentration.Cependant l’auteur de l’étude, Kostadin Kushlev, a tenu à souligner que cette maladie était un trouble neurodéveloppemental complexe qui ne n’acquiert pas en utilisant un smartphone. Il précise que “les résultats montrent simplement que notre stimulation digitale constante pourrait contribuer à une augmentation de plus en plus problématique des troubles de l’attention dans notre société“.Smartphone : sachez décrocher !D’autres études récentes avaient montré que les détenteurs de smartphones passent environ deux heures par jour sur leurs téléphones, 95% les utilisent lors d’événements sociaux, 7 sur 10 les utilisent en travaillant et même un utilisateur sur dix vérifie son téléphone pendant qu’il fait l’amour.Mais tout n’est pas si noir. Le professeur Kushlev ajoute que l’on peut facilement contrer les effets néfastes des smartphones, et que l’on peut réduire la stimulation en gardant son téléphone sur silencieux et en ne le portant pas constamment sur soi.Les résultats de ces recherches ont été présentés cette semaine à San Jose (Californie) lors de la conférence Human-Computer Interaction.Click Here: camiseta seleccion argentina

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *