Des vacances sans accroc : comment bien gérer son ado

Les vacances sont synonymes de détente… mais aussi de tensions possibles entre familles, amis ou amoureux, pendant le trajet en voiture ou au moment de payer la note au restaurant… Quelques conseils à suivre pour passer un été sans embrouilles avec son ado.

Des conseils pour passer des vacances tranquilles avec son ado. ©monkeybusinessimages/Istock.com

Les conseils d’une psychologueSonia Prades, psychologue spécialisée dans les relations familiales, auteur de l’ouvrage “Telle mère quelle fille ?”, propose les 7 clés pour éviter de se mettre à dos son ado pendant cette période.Baliser le séjourPartir la fleur au fusil en mode improvisation avec des

ados n’est pas la meilleure solution pour passer de bonnes vacances. Au contraire, parler en amont des activités à privilégier, dessiner un cadre (rythme, horaires, règles) que l’on souhaite donner à son séjour permettra d’apaiser les relations une fois sur place.Des vacances sédentaires, mais non isoléesIl est difficile de contenter tout le monde avec un format précis de

vacances, souligne Sonia Prades. La location d’une habitation a tendance à plaire aux parents, mais pas aux ados – à moins d’y emmener un copain – et c’est le contraire pour les villages vacances où les jeunes font davantage de rencontres. Le but est donc de ne pas s’isoler et de favoriser la sédentarité de manière prolongée afin de faciliter les contacts.Créer des temps de partage obligatoiresL’objectif est de ne pas laisser son ado livré à lui-même, car “il a besoin de sentir qu’il a une place au sein de la famille“, explique Sonia Prades. Cet espace privilégié peut être créé autour des repas ou d’activités choisis ensemble. “Au lieu d’imposer tous les repas, on peut impliquer son ado en lui demandant de gérer l’apéro, par exemple“.Faire des propositions d’activités, mais pas trop”Si on exige trop de présence de la part de son ado, il va faire la gueule. Il a besoin de faire des expériences par lui-même, y compris en vacances“. Les parents doivent donc trouver le bon dosage entre la sécurité et la liberté. Par définition, à cet âge, tout ce qui va venir des parents va être considéré comme nul. “Si rien n’est accepté, on impose sans transiger sur l’éducation“, conseille la spécialiste.De l’argent de poche, mais pas tropL’idée de donner de l’argent de poche est importante pour le sentiment d’indépendance qu’il apporte. “On peut très bien donner peu et une seule fois par semaine, l’important n’est pas la somme“, précise Sonia Prades. Donner trop est à l’inverse contre-productif et pourra entraîner des conduites à risque.Mettre en place des règles cohérentesSelon Sonia Prades, les attitudes paradoxales sont fréquentes en vacances, ce qui peut facilement créer des situations qui dégénèrent. “Permettre une sortie tardive et reprocher à son ado de se lever à midi n’est pas cohérent. L’idée n’est pas de l’autoriser à sortir tous les soirs, mais quand on le fait, on s’adapte“, relève la psychologue. Idem pour les tablettes et smartphones, si les adultes ne débranchent pas, pourquoi l’ado le ferait. La bonne recette est de mettre tout le monde sur un pied d’égalité en laissant tous les écrans de côté pour une période donnée (repas, activités, etc.). On peut partager une vidéo ou un film tous ensemble plutôt que seul les yeux rivés sur sa tablette.Ne pas se mêler de ses amours de vacancesS’il y a bien une chose à ne pas faire, c’est de s’immiscer dans la vie privée de son ado “au risque de susciter un sentiment de honte, très difficile à gérer par les adolescents“, avertit la spécialiste. Même si les vacances sont le lieu privilégié des

premières relations sexuelles , les parents doivent s’assurer d’avoir abordé les sujets de prévention en amont. Il faut également lui laisser la possibilité d’en parler s’il le souhaite ou d’en parler à d’autres adultes.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *