L’agomélatine : parcours chaotique d’un antidépresseur innovant

L’agomélatine (Valdoxan®) du laboratoire Servier, a obtenu début 2009 une autorisation de commercialisation de la part des autorités de santé européennes (EMA). Présenté comme un antidépresseur innovant et très efficace, le médicament a, dès 2010 été jugé par la HAS comme ayant une efficacité modeste et altérant la fonction hépatique. Depuis, d’autres bémols se sont ajoutés…

L’

agomélatine (

Valdoxan®) a obtenu début 2009 une autorisation de commercialisation de la part de l’EMEA, l’agence européenne des médicaments. Commercialisé par les laboratoires Servier, ce médicament était censé avoir un mode d’action unique : la régulation l’horloge interne, perturbée en cas de dépression, en imitant la mélatonine, notre “hormone du sommeil”.Un lancement avec une promesse d’efficacité et de toléranceL’agomélatine imite l’action de la mélatonine tout en agissant sur la sérotonine, qui est la cible “classique” de la plupart des antidépresseurs, affirmait le fabricant au moment de sa commercialisation en mai 2010 en France.Selon le laboratoire, la formule fonctionne car les essais cliniques, menés sur 4 000 patients, ont montré une efficacité de l’agomélatine sur les symptômes de la

dépression, notamment la tristesse et

l’anxiété, mais aussi sur les

troubles du sommeil. Ceux-ci s’atténuent dès la première semaine et ne réapparaissent généralement pas à l’arrêt du traitement. Un vrai plus quand on sait que ces troubles, qui persistent souvent avec les

antidépresseurs classiques, sont un facteur de récidive de la dépression. En pratique, le médicament pouvait être délivré sur ordonnance aux personnes souffrant d’un épisode dépressif majeur. Elle devait être particulièrement efficace sur les

 troubles bipolaires et les

dépressions saisonnières, liées au manque de lumière et donc à un dérèglement de la mélatonine.Côté effets secondaires, le laboratoire assurait que les plus fréquents étaient les maux de tête, des symptômes de “rhume” et des troubles gastro-intestinaux, d’intensité comparable aux effets des autres antidépresseurs. L’agomélatine ne semble toutefois pas entraîner de baisse de la libido, souvent retrouvée en cas de traitement antidépresseur classique, et ne s’accompagne pas de prise de poids.Une première remise en question dès 2010 sur l’efficacité et la toléranceMais dès mai 2010, la HAS (Haute autorité de santé) publiait un document affirmant que l’efficacité du médicament était modeste mais que son service médical rendu était important, comme celui des autres antidépresseurs.S’appuyant sur les résultats de 5 études de phase III, la HAS affirmait cependant que des effets hépatiques avaient été observés au cours de ces études. Pour cette raison, la HAS préconisait “un contrôle de la fonction hépatique à l’instauration du traitement, puis une surveillance régulière des transaminases des patients traités“.Un risque de toxicité hépatique confirmé dès 2012Puis, en 2012, la HAS confirmait ce risque de toxicité hépatique en mettant en garde les médecins car des atteintes hépatiques potentiellement graves avaient été rapportées. Les autorités de santé recommandaient aux prescripteurs que le médicament était désormais contre-indiqué chez les patients dont les transaminases (enzymes du foie) sont supérieures à 3 fois la limite supérieure des valeurs normales.Risque hépatique reconfirmé en 2013 et nouvelle contre-indicationEn 2013, les autorités de santé confirmaient aux prescripteurs que des risques hépatiques graves, voire fatales étaient possibles chez des patients prenant ce médicament et de ce fait réitéraient la contre-indication en cas de transaminases élevées avant le début du traitement.Par ailleurs, une nouvelle contre-indication a été ajoutée : « l’efficacité et la sécurité d’emploi de Valdoxan (25 à 50 mg/jour) ont été établies chez les patients âgés déprimés (de moins de 75 ans). Mais aucun effet significatif n’a été documenté chez les patients âgés de 75 ans et plus. Par conséquent, Valdoxan ne doit pas être utilisé chez les patients de 75 ans et plus.Affaire à suivre ?Mise à jour: le 10 octobre 2017Click Here: cheap INTERNATIONAL jersey

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *