Brûlé au visage après avoir mangé une glace au citron

Un petit garçon de 5 ans a été victime d’une réaction cutanée entraînant des brûlures autour de ses lèvres après avoir mangé une glace au citron. Comment est-ce possible ? Zoom sur la phytophotodermatose, un maux de l’été à connaître avec le retour des premières chaleurs.

Quoi de plus rafraîchissant qu’un sorbet au

citron bien frais pour se rafraîchir lorsqu’on est en vacances au soleil ? A priori rien. Pourtant, les parents du petit Henry, 5 ans ont très vite regretté lorsque leurs fils a été victime de brûlures sérieuses à cause de cette gourmandise autorisée à leur bambin. En vacances dans un club à Cancun au Mexique, les jeunes parents n’ont pas vu d’objection au souhait de leur fils à vouloir manger la glace citronnée puisqu’elle était préparée sous leurs yeux par les membres du club et ne contenait  “que des produits locaux naturels, aucun sucre ajouté et aucun additif”, explique Amy Parkin-Low dans le journal britannique Dailymail. Mais quelques heures plus tard, panique à bord, lorsqu’elle aperçoit des rougeurs anormales autour des lèvres de son fils qui se transformeront en cloque séchées avec de petites croûtes plus tard dans la soirée.Un agent photosensible qui devient toxique contenu dans le citron“Nous avons d’abord cru qu’il avait contracté la fièvre aphteuse, a commenté, Matt Parkin-Low, le père. Mais ensuite nous avons remarqué que les rougeurs se trouvaient uniquement là où la glace avait touché sa peau.Sur son visage, mais aussi sur son bras et sa poitrine où le jus du citron avait coulé.” N’arrivant pas à joindre leur médecin de famille, les parents ont regardé sur Internet et constaté que les signes ressemblaient en tout point à une phyto-photodermatose. Une “réaction cutanée anormale ou exagérée lors de l’exposition au rayonnement solaire, après contact avec une plante. Elle est due le plus souvent à la présence de furcoumarines dans la plante”, selon la société Française de médecin d’urgence. Les furcoumarines sont des agents photosensibles contenus dans le zeste de citron, mais aussi la mandarine ou la bergamote.Au contact de la peau, le végétal acquiert un pouvoir toxique après irradiation par les rayons ultraviolets du

soleil déclenchant une réaction cutanée qui peut apparaître dès le premier contact comme quelques heures après. Une éruption érythémateuse, des cloques ou sortes de gerçures ressemblant à de l’eczéma ou de l’urticaire peuvent alors apparaître sur la peau uniquement sur les zones exposées.”Nous avons peur qu’il reste marqué toute sa vieAprès avoir emmené leur fils chez un pharmacien, à côté de leur club de vacances, ce dernier leur donne une crème antibiotique. Une fois de retour chez eux, leur médecin de famille prescrit une crème aux stéroïdes. Aujourd’hui encore le petit garçon porte de traces rouges sur le visage. “Le médecin nous a dit qu’elles pouvaient rester encore deux ou trois semaines mais nous avons peur qu’il reste marqué toute sa vie”, a déclaré le père de l’enfant.Malheureusement, aucune étude n’a encore permis d’établir le profil des personnes qui sont plus à risque que les autres de développer cette réaction cutanée, ni quelle quantité de jus de citron sur la peau permet l’inflammation.Click Here: Rugby league Jerseys

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *