Ségolène Royal piégée par un avatar!

Léon-Robert de L’Astran est très présent sur Internet, notamment via Wikipédia. Mais le valeureux ennemi de l’esclavage cité en exemple par n’aurait jamais existé!

Si vous ne connaissiez pas Léon-Robert de L’Astran, Ségolène Royal, elle en savait beaucoup sur cet « adversaire rochelais de l’esclavage au XVIIIe siècle ». A tel point qu’elle lui a rendu hommage. Le hic, c’est que Léon-Robert de L’Astran n’aurait jamais existé et serait en fait le fruit d’une révolution bien plus récente en étant l’avatar historique d’internet! Lequel était l’objet d’un article de Wikipédia, encyclopédie participative en ligne qui signale aujourd’hui que « Cette page a été supprimée » le 7 juin. Pour cause de « canular ».

Et pourtant, quel lyrisme échevelé lorsque Ségolène Royal chantait les louanges de Léon-Robert de L’Astran sur son site Facebook, lors de la journée nationale des mémoires de la traite… « Ce capitalisme négrier dont la région porte l’empreinte eut ses dissidents: au XVIIIe siècle, Léon-Robert de l’Astran, humaniste et savant naturaliste mais également fils d’un armateur rochelais qui s’adonnait à la traite, refusa que les bateaux qu’il héritait de son père continuent de servir un trafic qu’il réprouvait ». C’était le 10 mai. Depuis, la présidente PS du conseil régional de Poitou-Charentes doit ruminer un portrait bien moins flatteur de l’internaute qui l’a fourvoyée en créant cet avatar.

Car il n’y aurait aucune « trace dans aucune archive » de Léon-Robert de L’Astran, qui est « le fruit de l’imagination de quelqu’un qui s’est peut être inspiré d’histoires réelles de fils de négriers », selon Jacques de Cauna, un historien bordelais. Même son de cloche de la part d’un confrère rochelais de ce dernier, Jean-Louis Mahé qui assure n’avoir « jamais vu ce nom-là; on ne peut vérifier aucun des détails qui sont donnés; il ne figure sur aucun registre de l’époque pas plus que le nom du bateau de son père qui était armateur ».

Et même si selon Sud Ouest, qui a révélé l’imbroglio,” l’e-père” de Léon-Robert de L’Astran « s’accroche au fait que ce personnage a bien existé », on la joue mea culpa à Désirs D’Avenirs. Sophie Bouchet-Petersen, cofondatrice de l’association de Ségolène Royal signe et s’excuse: « Errare humanum est! J’avoue être l’auteure de la référence à Léon-Robert de L’Astran, opposant à l’esclavagisme dont on aurait aimé qu’il existât, tant l’histoire était belle. » Ségolène Royal peut lui préparer l’un de ses jolis hommages. Car des gens courageux prêts à se sacrifier pour laver l’honneur d’une pasionaria, il ne doit pas y en avoir des masses, en Poitou-Charentes ou ailleurs.

Click Here: brisbane lions guernsey 2019

J.-F.T.

Mardi 8 juin 2010

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *