Le gros coup de gueule de Bertrand Cantat contre les journalistes

Alors qu’il faisait son grand retour sur scène, Bertrand Cantat, très remonté, en a profité pour régler ses comptes avec les journalistes et Vincent Bolloré, propriétaire de l’Olympia – qui a annulé ses concerts – mais aussi de sa maison de disque.

Bertrand Cantat est un homme en colère. Ce jeudi 7 juin, le chanteur a fait son grand retour sur scène. Il donnait en effet un concert au Zénith de Paris, après avoir été contraint d’annuler sa tournée des festivals et alors que l’Olympia a préféré le déprogrammer. 3 000 personnes ont fait le déplacement pour voir celui qui a été condamné à huit ans de prison pour le meurtre de Marie Trintignant.

Bertrand Cantat est au cœur des controverses. Outre son retour décrié par de nombreuses personnes – dont des associations et des personnalités publiques, il va de nouveau faire face à la justice. Puisque l’enquête sur les circonstances du suicide de son ex-femme vient d’être rouverte.

Celui qui a subi les foudres de Nadine Trintignant a choisi de profiter de son concert pour attaquer les journalistes. Au bout de deux titres, Bertrand Cantat a tenu à mettre les points sur les i, comme le rapportent Le Figaro et Le Parisien, qui faisaient parti des 3 000 spectateurs. “Merci à vous d’être là malgré tout. Ceux qui ne sont pas là pour de bonnes raisons, vous pouvez sortir“, a-t-il demandé, avant de viser les journalistes : “Les journalistes, je n’ai rien contre vous, c’est vous qui avez quelque chose contre moi. Si certains sont en train de jubiler, il n’y a aucune limite à quel point je vous emmerde“.

Une insulte qui est revenue tout au long de son concert. Mais les autres fois, elle était adressée directement à Vincent Bolloré, le parton de Vivendi, et donc propriétaire de l’Olympia. “Bolloré, je t’emmerde“, a-t-il asséné à plusieurs reprises. Ce qui pourrait lui coûter cher, puisqu’il dirige également Barclay, maison de disque du chanteur depuis ses débuts.

Et de conclure : “Merci d’être là malgré les intimidations, la censure et les saloperies que j’ai subies depuis octobre dernier. Vous n’avez pas idée“. L’ex-membre de Noir Désir peut tout de même compter sur quelques soutiens, à l’instar de ses enfants ou de Bernard Lavilliers.

Crédits photos : Bestimage

Click Here: Maori All Blacks Store

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *