Jane Birkin traumatisée par la violence d’un tournage : “J’étais sans défense”

Ce n’était hélas pas du cinéma. Tête d’affiche du film Noir comme le souvenir de Jean-Pierre Mocky en 1995, Jane Birkin en garde un souvenir désastreux. Dans les colonnes du magazine Les Inrockuptibles, des années plus tard, la chanteuse et comédienne britannique raconte les dessous chics de son expérience… en des termes encore teintés par la peur. “Un cauchemar ! Peut-être le pire tournage de ma carrière, explique-t-elle. Ça n’est pas habituel de rencontrer des types aussi dingues ! On n’avait pas encore tourné un plan qu’il s’en désintéressait pour passer au suivant. Il hurlait en permanence sur les techniciens, les figurants.

En acceptant le rôle de Caroline, Jane Birkin avait pourtant à son actif un nombre déjà impressionnant de lignes à son CV cinématographique. Âgée de 48 ans, l’ex amour de Serge Gainsbourg s’embarquait dans une sordide histoire fictive de tombe profanée… mais a vécu l’horreur réelle : “Il me gueulait dessus en me demandant sans arrêt de davantage fermer la bouche. Je lui répondais que je ne pouvais pas à cause de mes dents en avant.” Pire, Jean-Pierre Mocky se moquait de choses incontrôlables, par exemple de son doux accent british, qui a toujours été sa marque de fabrique. “Je ne comprenais pas pourquoi il m’avait choisie” se questionne-t-elle toujours, vingt-quatre ans plus tard.

Je manquais de courage

Jane Birkin a heureusement pu compter sur sa partenaire de jeu, Sabine Azéma, initialement engagée pour le rôle de Lucy – et non pour éponger les larmes de son entourage professionnel. “Franchement, j’aurais dû partir, mais face à une telle violence, j’étais sans défense, je manquais de courage, regrette Jane Birkin. Heureusement, elle faisait le clown tout le temps pour me dérider et m’a beaucoup soutenue.” Actuellement, la belle artiste repose sa voix en jouant de sa plume. Elle qui s’était confiée plus que de raison dans son autobiographie Munkey Diaries s’était arrêtée, avec ce premier volet, à l’année 1982. Mais voilà que Jane Birkin est de retour en librairie puisque la suite, Post-Scriptum, disponible aux Editions Fayard, s’étend jusqu’en 2013. Il est donc encore possible d’espérer de sa part une trilogie littéraire…

Yohann Turi

Retrouvez l’interview intégrale de Jane Birkin dans le magazine “Les Inrockuptibles”, numéro 1247, du 23 octobre 2019.

Click Here: baby blankets online

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *